Archives par étiquette : confiance

La consultation psychologique en ligne

Consulter un psychologue en ligne : une fausse « bonne idée » ?

Comment penser la consultation psychologique en ligne (et à distance), c’est-à-dire une consultation qui se fait en communiquant via internet, entre une personne (un patient) et un psychologue, et qui au lieu de se placer dans un lieu réel, transpose cette rencontre au sein d’un lieu virtuel, en utilisant des images représentatives de l’autre distant, au travers d’écrans et haut-parleurs interposés ?

Cette question est particulièrement d’actualité, au moment où fleurissent sur internet toutes sortes de propositions de consultations psychothérapiques en ligne et à distance, permises par les technologies actuelles (webcam, skype, visioconférence, etc.). C’est pourquoi il nous parait bénéfique de tenter de nous y plonger aujourd’hui.

Pour commencer, nous reviendrons au travail du psychologue, et à ce que ce travail, pour être fait, nécessite. Puis, comme cette question nécessite de repenser le lien, nous aborderons le lien et la qualité du lien, puis l’image de soi face à l’autre et la confiance en l’autre au moment de s’exposer au lien. Enfin, nous aborderons la fonction de pare-excitation du cadre psychologique.

Le travail du psychologue

Le psychologue est formé à l’écoute, et c’est sa principale qualité reconnue, mais il est aussi formé à l’observation, et à l’analyse de ce qu’il observe. Car le lien à autrui ne se fait pas seulement au travers d’une parole véhiculant une information ; il se fait au travers d’une transmission complexe et à double sens incluant l’échange de parole, mais aussi toute la palette du comportement. Cette dimension comportementale de la communication nécessite pour être déchiffrée toute une capacité interprétative, que tout un chacun apprend à utiliser dès l’enfance (à moins de souffrir d’un trouble particulier, comme l’autisme par exemple).

Ainsi, au sein de la relation, toute parole est « placée » et fait partie d’un ensemble comportemental qui a du sens, et il appartient au psychologue de pouvoir le décrypter pour s’en servir dans le strict cadre thérapeutique. C’est d’ailleurs aussi pour définir et améliorer ce cadre qu’a été mise en place la déontologie.

« La formation et l’éthique du psychologue sont en principe une garantie contre le jugement moral. Bien au contraire, un psychologue est en place de tout entendre chez son patient. » (Dominique Cuny, psychologue clinicien et psychanalyste)

La qualité du lien « en présence »

Le lien « en présence » est le lien le plus riche qui existe avec quelqu’un, et c’est un lien naturel chez les mammifères qui sont des animaux sociaux. Bien que les nouvelles technologies arrivent de façon relativement satisfaisante à recréer ce lien par leur capacité à capturer puis véhiculer et restituer l’image et le son, leur utilisation induit des biais, qui sont des obstacles supplémentaires potentiels à la relation.

Comme la qualité du lien est presque toujours fragilisée chez une personne qui ne va pas bien, il parait d’autant plus important de ne pas induire d’obstacle pouvant nuire au lien qui se met en place dans le cadre d’une relation thérapeutique !

L’image de soi et la peur d’être jugé.

Il y a quelque chose de naturel et inhérent à toute relation que de se placer en position de pouvoir éventuellement être remis en question par l’autre. Ce qui pose problème, c’est lorsque ce « potentiel déstabilisateur » que possède la relation devient pour soi un obstacle infranchissable ; il y a là ce qu’on peut appeler un symptôme. On retrouve cette question par exemple dans la timidité classique, voire dans l’inhibition de la timidité excessive, mais aussi dans beaucoup de problématiques psychologiques où l’image de soi est fragilisée, et où une certaine « honte de se présenter comme anormal » est présente.

« L’autre, cet inconnu » ; un agresseur potentiel pour la personne vulnérable

Lorsqu’on est fragile, en général, on est d’autant plus obligé de faire attention à l’autre, parce que l’autre, s’il est inconnu, est un agresseur potentiel, et qu’il faut pouvoir s’en protéger le cas échéant.

Dans cette logique de vulnérabilité, une généralisation que l’on peut avoir a tendance à faire serait de considérer que toute nouvelle relation doit se voir appliquer ces précautions. On mésestime ainsi le contexte dans lequel on se place, alors que celui-ci revêt une importance non négligeable. Ainsi, par exemple, le fait d’aller voir un psychologue et de se soumettre à son jugement est parfois générateur d’une forte crainte, voire dans certains cas terrorisant, alors que si l’on tient compte du contexte, c’est-à-dire du fait que le psychologue est un professionnel de la relation et qu’il est là pour nous aider sans nous juger, alors cela devrait nous permettre de relativiser.

En fait, toute relation contient un « potentiel d’exposition« , auquel les personnes bien portantes acceptent de se soumettre, parce qu’elles prennent en compte la faible probabilité pour que l’autre « étranger » se transforme en ennemi. Elles acceptent donc de prendre un léger risque.

« Interrogez-vous sur ce qu’il y a chez vous derrière cette peur d’être jugée. Une consultation en ligne ne fera que reporter à plus tard votre problème en le masquant. Rien ne vaut la parole dans le réel du rapport avec le thérapeute , ça s’appelle « le transfert » et c’est ce qui est curatif sur le symptôme. » (Dominique Cuny, psychologue clinicien et psychanalyste)

Lorsque le présentiel permet d’évoluer vers la confiance en soi.

Lors de séances de psychodrame, par exemple, les patients sont confrontés au regard des autres, et le fait de venir se placer dans cette situation thérapeutique de façon régulière, est une véritable épreuve pour certains patients.

Cependant, c’est cette sorte de « mini-épreuve », vécue et répétée du lien proximal « en présence », qui va permettre au patient de se reconstituer petit-à-petit une capacité à se présenter au regard d’autrui sans en ressentir de crainte, à condition bien sûr qu’il se retrouve dans un groupe bienveillant et en lequel il puisse avoir confiance. C’est d’ailleurs pour ça qu’une des règles énoncées à un patient lors de l’arrivée dans un groupe de psychodrame est la bienveillance vis-à-vis des autres participants.

La bienveillance en consultation

Si nous revenons à la situation classique du patient qui souhaite, pour la première fois, consulter un psychologue ; la règle de la bienveillance, ici, n’est pas énoncée comme telle, mais en fait elle préexiste car elle est signifiée dans la déontologie des psychologues, sous la forme :

« Article 2 : La mission fondamentale du psychologue est de faire reconnaître et respecter la personne dans sa dimension psychique. »

C’est pourquoi, en s’appuyant sur cette déontologie, le patient doit pouvoir faire confiance au psychologue. Par ailleurs, la déontologie ajoute un article protecteur particulièrement explicite :

Article 15 : Le psychologue n’use pas de sa position à des fins personnelles, de prosélytisme ou d’aliénation économique, affective ou sexuelle d’autrui.« 

La fonction pare-excitations du cadre psychologique

Le pédiatre et psychanalyste D. W. Winnicott a mis en avant l’importance de la fonction de « holding » de la mère pour son enfant, c’est-à-dire le fait de le tenir et de le contenir lors des soins et bercements qu’elle lui prodigue. Cette fonction joue un rôle de pare-excitations, c’est-à-dire que le holding permet de tempérer des excitations dont l’intensité trop importante dépasserait les capacités de l’enfant d’y faire face. C’est ainsi la mère qui sert de pare-excitation au bébé jusqu’à ce que le Moi en croissance de celui-ci trouve sur sa propre peau un étayage suffisant pour assumer cette fonction.

Cette adaptation de la mère qui étaye son enfant peut-être reprise comme une métaphore du cadre psychologique, dans lequel la bienveillance du psychologue jouerait  un rôle équivalent aux soins positifs prodigués par la mère.

En gardant comme référence cette métaphore, on peut aussi évoquer la question de la proximité entre le psychologue et le patient, en miroir d’une proximité de la mère par rapport à son enfant. Comment, en effet, constituer un cadre physique et contextuel qui permette l’émergence d’une parole, la plus détachée possible d’une réalité contextuelle dans laquelle se trouve le patient ? Ne doit-on pas ici se poser cette question lorsque le patient est à son domicile ou dans un cybercafé, et parle au psychologue au travers d’une webcam ?

On pourrait penser que la consultation dans un lieu neutre est plus à même de placer le patient hors de sa réalité contextuelle et de tout ce que son contexte peut représenter d’excitant au plan inconscient, comme la relative présence familiale (ou au contraire le ressenti d’isolement, comme on le constate parfois).

Par ailleurs, le déplacement réel, non content d’offrir la possibilité d’accéder à un espace indépendant, place aussi le patient dans un mouvement réel qui le confronte à une réalité extérieure (frustrante), ce qui peut aussi l’aider à se placer, au plan interne, dans une phase de mouvement à la fois économique et symbolique. Enfin, en sortant de chez lui, le sujet passe une frontière ; il passe de l’interne à l’externe, et cela est aussi hautement symbolique…

Aussi me semble t-il qu’il ne faut pas trop minimiser l’importance que revêtent ces interprétations psychanalytiques.

Rédaction : Tanguy Bodin-Hullin (4 mars 2015)

Liens en relation avec ce sujet

Modalités du suivi psychologique

Voici les différentes modalités du suivi psychologique (cliquez sur les barres déroulantes pour voir le contenu)

Comment se déroule une consultation ?

Déroulement d’une consultation.

Au sein d’une consultation classique individuelle, la prise en charge peut se faire sur le mode du soutien, en face-à-face, avec un suivi de courte ou de moyenne durée, ou bien se dérouler sous la forme d’un suivi thérapeutique plus approfondi s’étendant dans le temps.


Combien de temps dure une consultation ?

Durée d’une consultation.

Les consultations durent en moyenne 45 minutes. Ce qui est dit au cours des séances est confidentiel et soumis au secret professionnel.


A quelle fréquence ont lieu les consultations ?

Fréquence des consultations.

La fréquence des consultations est établie conjointement avec le patient en fonction de ses possibilités et de ses besoins. Elle peut aller d’une séance par mois à trois séances par semaine au maximum. Habituellement, elle est de deux à quatre séances par mois, soit une consultation par quinzaine ou une consultation par semaine.

A la fin de chaque consultation, le psychologue et le patient déterminent si un autre rendez-vous est nécessaire, et le cas échéant dans combien de temps.

Au bout de quelques séances, afin de simplifier le suivi, un rendez-vous régulier peut aussi être fixé avec le psychologue (par exemple : chaque mercredi à 10h00).

Par quel moyen annuler un rendez-vous ? Est-il possible d'envoyer un texto ?

Si, quelle qu’en soit la raison, un patient ne peut pas venir à son rendez-vous, il est invité à prévenir le psychologue oralement par téléphone le plus tôt possible, en laissant un message s’il tombe sur le répondeur.

Par ailleurs, étant donné que toute demande de ce genre mobilise la problématique du patient et interroge la question du cadre de son suivi, il est important que cette demande se fasse au travers d’un échange parlé. C’est pourquoi la plupart du temps, aucune réponse ne sera faite à un message envoyé par texto, quel qu’il soit.


Que se passe t-il si je souhaite annuler mon rendez-vous ?

Modalités d’annulation de rendez-vous

Si, quelle qu’en soit la raison, un patient ne peut pas venir à son rendez-vous, il est invité à prévenir le psychologue oralement par téléphone le plus tôt possible afin de pouvoir évoquer ensemble ce qui pose souci et trouver une solution ensemble et non de manière unilatérale. Le texto n’étant pas vraiment approprié pour ce type d’échange, aucune réponse ne sera faite à un texto (cf. question précédente).

Concernant l’annulation de rendez-vous, quatre cas se présentent :

    • Si l’annulation faite par le patient est due à un cas de force majeure comme une maladie, un accident ou un décès familial, une nouvelle séance sera reprogrammée dans la mesure du possible, sinon la consultation sera annulée sans frais pour le patient.
    • Lorsque l’annulation est due à une autre raison qui n’est pas de force majeure (par exemple un autre rendez-vous), et que le psychologue est prévenu plus de 72 heures à l’avance, une nouvelle séance sera programmée dans la mesure du possible pour remplacer la consultation annulée. Si ce n’est pas possible la consultation sera annulée sans frais.
  • En revanche, dans le cas où l’annulation est trop tardive, c’est-à-dire qu’elle est communiquée moins de 72 heures à l’avance (par exemple la veille du rendez-vous ou le jour-même), la séance devra alors être considérée comme due par le patient.
    En effet, une séance prévue puis tardivement annulée par un patient ne peut pas être facilement remplacée par la venue d’un autre patient au même horaire. Dans ce cas, l’horaire reste donc vacant et le psychologue se retrouve avec un manque à gagner. De façon à éviter cette situation, il est convenu qu’une telle annulation doit être payée.
  • Enfin, dans le cas où le patient ne vient pas au rendez-vous fixé, et qu’il n’annule pas auparavant, la consultation est due.

Que se passe t-il si je ne viens pas à mon rendez-vous et que je n'ai pas annulé ?

Dans le cas où le patient ne vient pas au rendez-vous fixé à l’avance, et qu’il n’a pas été en mesure de prévenir auparavant, la consultation est due intégralement, sauf cas de force majeure.

Dans un tel cas de force majeure, contactez le psychologue afin qu’un autre rendez-vous puisse vous être fixé ultérieurement.

Remarque : Pour les modalités d’annulation de rendez-vous, voir la question précédente.

Comment puis-je payer ?

 

Le paiement se fait à la fin de chaque séance, de préférence en argent liquide. Le paiement par chèque est accepté dans les cas de contraintes financières, mais il reste préférable de payer en liquide pour des raisons de simplicité.


Quand se termine le suivi ?

La fin du suivi.

La fin du suivi peut se faire suite à la demande du/de la patient(e) ou sur proposition du psychologue. C’est un moment important et délicat, parce qu’il invite à réfléchir à la question d’un avenir désormais sans soutien. C’est pourquoi, une fois que cette décision est prise par le/la patient(e), une dernière séance – supplémentaire – est mise en place afin de se donner le temps de bien réfléchir en faisant un dernier point. Ce dernier moment ensemble peut permettre au patient d’évoquer la poursuite de sa vie et ses projets d’avenir, ou bien d’échanger autour d’une orientation. Il arrive aussi que cette forme de séparation mobilise des affects particuliers, permettant parfois d’aborder certaines questions qui n’avaient pas été abordées avant.

Que faire si mon psy m'énerve ?

Lorsque le psychologue nous énerve… partir ?

Chacun est différent et ressent les choses avec sa propre perception et sa propre sensibilité, et il peut arriver lors d’une consultation qu’une remarque ou une interprétation du psychologue énerve le patient, voire même mette en colère ce dernier ! Parfois, ce n’est pas une remarque, mais une façon de faire qui ne convient pas au patient. Par exemple, il peut trouver que le psychologue est trop silencieux, ou au contraire trop bavard !

Il est alors important de ne pas hésiter à parler de votre ressenti au psychologue, afin de pouvoir parler ensemble de ce qui pose problème ou de ce qui vous interroge.

Une émotion.. à retardement.. ?

Souvent, sur le moment, on ne se rend pas compte que quelque chose nous a énervé, et c’est plus souvent à postériori que l’on s’en rend compte, une fois reparti du cabinet du psy ; que faire dans ce cas-là ?

Et pourquoi ne pas y réfléchir et en reparler lors d’une séance suivante ?

La relation entre le psychologue et le patient ne doit pas être un sujet tabou, et le psychologue doit aussi parfois savoir accepter d’être critiqué dans son positionnement pour ensuite se repositionner de façon plus adéquate. En effet, nul n’est parfait !

Communiquer autour de la difficulté permet de restaurer un climat de parole adéquat, de retrouver une confiance parfois un peu ébréchée et de renouer un dialogue en profondeur.


Le psychologue a t-il une déontologie ? Qu'en-est-il de la confidentialité ?

Respect de la déontologie

Le psychologue s’engage à respecter le Code de déontologie des psychologues. Notamment, l’anonymat, et la confidentialité des séances sont assurés au patient. Par ailleurs, tous les aspects du travail du psychologue sont basés sur l’honnêteté, la transparence et la confiance.


Le psychologue peut-il utiliser les données de ses patients à des fins de recherche ?

Recherche professionnelle et utilisation de données sur les patients

Dans le cas éventuel où le psychologue effectue un travail de recherche spécifique (ou qu’il souhaite écrire un article) et que la situation personnelle du patient peut servir dans le cadre de cette recherche (ou de cet article), le psychologue est tenu, après exposé du but de cette recherche ou de l’article au patient, d’obtenir l’accord écrit de celui-ci, tout en garantissant son anonymat, pour pouvoir utiliser les données qui lui sont relatives. Voir à ce sujet la section du Code de déontologie des psychologues sur la recherche en psychologie.

Rencontrer un psychologue

Choisir son psychothérapeute : Pourquoi rencontrer un psychologue ?

Bonjour,
c’est probablement parce que vous recherchez un psychologue ou un psychothérapeute à Paris ou dans les environs que vous avez trouvé cette page. Vous y êtes le/la bienvenu(e), ce site a pour but de vous informer.

« Je ne m’en sors pas en ce moment, et si j’allais consulter quelqu’un ? »

Traverser les difficultés

Peut-être vivez-vous des difficultés personnelles, actuelles, ou parfois anciennes, qui vous font réaliser que vous avez du mal à vivre, et vous avez commencé à vous mettre à la recherche d’un « psy », un professionnel de l’écoute et de la relation, pour vous permettre de vous sortir de l’ornière dans laquelle vous avez l’impression d’être depuis quelque temps.

Vous pourrez trouver quelques unes des raisons pour lesquelles vous pouvez consulter en lisant l’article « Identifier le malaise : premier pas pour retrouver le mieux-être« 

Voir un psychologue est un véritable choix, un choix personnel mais utile, parce qu’il va vous permettre de vous poser en confiance afin de pouvoir parler de vos difficultés. Rencontrer un psy, c’est aussi choisir de prendre un temps qui vous est dédié afin de retrouver une voie personnelle vers le mieux-être, quitter le malaise.

Vous ne voyez peut-être pas trop d’issue pour le moment, mais vous verrez que cela peut se faire, oui, et surtout avec vos mots à vous.

Qui peut voir un psychologue ?

Qui peut voir un psychologue ?

Tout le monde, à tout âge de la vie, parce que chaque personne évolue tout au long de sa vie, et pas seulement pendant la jeunesse. Ainsi, que l’on soit enfant, pré-adolescent, adolescent, jeune adulte, adulte, ou adulte sénior, chacun rencontre parfois sur son chemin de vie des difficultés. Il existe cependant pour certains âges de la vie des psychologues plus spécialisés. Par exemple, il existe des consultations dites de périnatalité, pour les enfants en bas âge et leur mère, ou encore des psychologues spécialisés en gérontologie pour les personnes âgées.


Quel «psy» choisir parmi les différents professionnels ?

Choisir son psy : quel «psy» choisir parmi les différents professionnels ?

Il y a beaucoup de noms qu’on entend et qui s’appliquent aux professions en lien avec la santé mentale : psychothérapeute, psychiatre, psychologue, psychanalyste, coach de vie, etc.

Cela induit parfois une certaine confusion, parce qu’en fait, tous n’ont pas la même formation ni les mêmes techniques. Il est donc utile de s’informer un peu avant d’aller consulter quelqu’un.

Choisir un psychologue clinicien

Le psychologue clinicien est largement reconnu, parce qu’il est formé au diagnostic psychologique et qu’il peut orienter les personnes d’une part, mais qu’il peut aussi et surtout fixer un cadre de travail indépendant et de qualité, permettant un véritable soin auprès des personnes, à court ou long terme.

Si vous voulez en savoir plus : Mieux comprendre ce que recouvre le terme « psy »


Vous avez dit : psychologue «clinicien» ? Qu'est-ce que ça signifie ?

Vous avez dit : psychologue «clinicien» ? Qu’est-ce que ça signifie ?

Le psychologue clinicien est un professionnel de la santé mentale reconnu par l’état. Il est obligatoirement diplômé de l’Université et possède une formation pointue en psychologie générale, psychopathologie et en psychanalyse. Son travail se situe à plusieurs niveaux. Tout d’abord, c’est un travail à visée de diagnostic et d’orientation. Puis vient la dimension thérapeutique de soin à la personne, autrement dit de psychothérapeute.  Le mot « clinicien » signifie justement « au chevet du patient ». Ce mot met l’accent sur cette dimension de soin et de proximité à la personne, presque d’intimité.


Puis-je faire confiance au psychologue ?

Puis-je faire confiance au psychologue clinicien ?

Oui, parce qu’il est formé à l’écoute individuelle, dans le respect de l’intégrité et de l’unicité de la personne humaine quel que soit son âge et sa situation personnelle. Il respecte le secret professionnel, qui est nécessaire pour que chaque personne suivie puisse se sentir en sécurité, au regard de ce qu’elle pourrait dire d’elle-même et qui pourrait la mettre en position de fragilité si cela se faisait dans un contexte familial, professionnel ou amical.

Le travail du psychologue – de manière générale – doit respecter une éthique forte, est il est tenu de respecter le code de déontologie des psychologues (en savoir plus sur la déontologie).

mains psychothérapeute

Ces mains nouées s’expriment à un moment où la parole est en oeuvre. Pour tenter de dénouer des difficultés en présence de l’Autre…